Omar Belmamoun

OMAR BELMAMOUN

NOUVEAU REBONDISSEMENT DANS LE BOÎTIER PLATINE POWER : LE ROYAUME MAROCAIN POURSUIT TOPOREK

Le fonds d’investissement PME Croissance, dont l’Etat est l’actionnaire de référence à travers la CCG et la CMR, a décidé d’intenter une action en arbitrage contre Michael Toporek, co-fondateur de Platinium Power, devant le tribunal arbitral de Paris, au titre du Code international Chambre de commerce, a appris Le360 de source fiable.

En raison des multiples divergences entre ses principaux actionnaires, l’énergéticien panafricain Platinum Power, en faillite depuis plus de trois ans, est désormais placé en liquidation judiciaire.

Omar Belmamoun
Omar Belmamoun

L’Américain Michael Toporek, à la fois actionnaire et administrateur de Platinum Power, est accusé d’avoir violé une obligation de non-concurrence contenue dans le pacte d’actionnaires en ayant acquis AM Wind en juillet 2018, par l’intermédiaire d’un véhicule dont il est propriétaire, dénommé Brookstone Acquisition 25. , tout en sachant qu’AM Wind détenait des droits sur des projets éoliens dont Platinum Power revendiquait la propriété.

L'affaire connaît aujourd'hui un nouveau rebondissement judiciaire.

 Conseillé par le cabinet parisien Viguié Schmidt & Associé, le fonds PME Croissance vient d’engager une action personnelle contre Michael Toporek et les sociétés qu’il possède, devant le Tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale, nous apprend une source proche du dossier.

Omar Belmamoun
Omar Belmamoun

La défense de PME Croissance accuse également Michael Toporek de manquements susceptibles de recevoir une qualification pénale (abus de biens sociaux, abus de confiance), selon l’avis du cabinet Viguié Schmidt & Associés, que Le360 a pu consulter.

Initié par le ministère marocain des finances, à travers la Caisse centrale de garantie (CCG, rebaptisée Tamwilcom) et la Caisse marocaine de retraite (CMR), PME Croissance est un fonds marocain de capital investissement à vocation généraliste (tous secteurs) qui investit dans les PME marocaines. 

Outre Tamwilcom et CMR, son actionnariat est également composé de Société Générale Maroc, la BEI, KFW, Proparco, Saham Assurance, Silatech, Averroès Finances II, GP. Il est géré par Maroc Invest, filiale du groupe Africinvest-Tuninvest. Ses actifs sous gestion représentent un montant d’environ 452 millions de dirhams. 

Ce nouveau recours fait suite au verdict prononcé en avril 2020 par le tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale (CCI) condamnant Platinium Power à verser à PME Croissance la somme de 4,95 millions d’euros, qui correspond au montant investi dans le tour de table de l’énergéticien. , plus le rendement minimum fixé dans le contrat d’abonnement.

 

« La faute commise par M. Toporek est assez évidente à caractériser, à au moins deux égards. D’une part, l’obligation de non-concurrence qui résulte en l’espèce d’une

 

stipulation expresse, mais aussi de droit commun ; (ii) l’obligation de loyauté qui pesait sur lui en tant qu’administrateur de la société », souligne la note du cabinet d’avocat parisien adressée aux administrateurs de PME Croissance.

 

« Le lien de causalité entre cette faute et le préjudice subi par PME Croissance apparaît également tout à fait évident, en ce sens que sans la faute commise par M. Toporek, PME Croissance aurait (i) au moins pu être indemnisée sur le produit de la cession des droits relatifs aux projets éoliens litigieux et, (ii) aurait peut-être pu faire face à une société solvable si celle-ci avait pu développer ces projets », ajoute la même source.

 

Co-créée en 2012 par Omar Belmamoun, Platinum Power opère dans le développement, la construction et l’exploitation de projets d’énergies renouvelables au Maroc ainsi qu’en Afrique subsaharienne (principalement en Côte d’Ivoire et au Cameroun). 

Platinum Power a été le premier acteur au Maroc à obtenir en 2013, des concessions de ressources hydrauliques pour la production d’électricité, et ce, dans le sillage de la promulgation de la loi 13-09 qui a libéralisé le secteur de l’énergie, notamment en prévoyant le secteur privé avec la possibilité de vendre directement aux clients finals de l’électricité.